Dans la nuit du 5 au 6 novembre 2018, les locaux et le matériel de travail des policiers municipaux étaient détruits par un incendie criminel. L'enquête de gendarmerie a permis l'arrestation de deux personnes en février.

Les gendarmes ont interpellé deux personnes le 12 février dans le cadre de l’enquête sur l’incendie des locaux de la police municipale. Les deux suspects, domiciliés à Fontaine, ont été présentés à l’issue de leur garde à vue au parquet de Grenoble. Ce dernier a ouvert une information judiciaire pour « destruction volontaire de bien par incendie en raison de la qualité de dépositaire de l’autorité publique de la personne propriétaire du bien ». Les deux hommes ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. S’ils sont reconnus coupables, ils encourent une peine de 20 ans de prison. L’affaire n’est donc pas terminée, mais se poursuit désormais sur le terrain judiciaire.

Le maire Christophe Ferrari, satisfait de voir l’enquête aboutir, salue l’efficacité des gendarmes dont le travail a permis ces interpellations et leur renouvelle toute sa confiance. Il souligne également l’engagement des policiers municipaux dans l’exercice de leurs missions de proximité essentielles à la tranquillité publique à Pont de Claix.

Au lendemain de l’incendie, le maire avait demandé et obtenu des renforts de gendarmerie, dont le déploiement avait déjà permis l’interpellation en flagrant délit de deux personnes suite aux incendies dans le quartier Grand Galet cet automne. Reconnues coupables depuis, elles ont été condamnées à 10 et 12 mois de prison avec sursis.